Les motrices BN

Le matériel roulant sur le réseau du MLC : Les motrices dites "BN"

Sur le réseau du Métro Léger de Charleroi Il n'y a qu'un seul type de véhicule destiné aux services voyageurs, ce sont les motrices dites "BN" du nom de leur constructeur Brugeoise et Nivelles. Elles ont été mise en service au début des années 80 à la SNCV au nombre de 55 (numérotée 6100 à 6154), et renumérotée 7400 à 7454 au TEC Charleroi à partir de 1991.

Ban bn

À l'origine...

À l'origine les tramways qui circulaient sur les quelques premières centaines de mètre du réseau du MLC au milieu des années 70 étaient les motrices types S de la SNCV, les mêmes que celles roulant jusqu'alors sur le réseau de tramways urbains vicinal de la région.  Quelques motrices types S ont dès lors été rénovées afin d'être adaptées à ces nouvelles infrastructures du métro, elles deviendront les types SM (S Métro) et SJ (S Jumet).

Afin de remplacer ces motrices devenues vieillissantes malgré leurs adaptations, la SNCV décide de s'équiper à la fin des années 70 de nouvelles motrices à destination de ses deux réseaux ferrés subsistant: le métro léger de Charleroi et la ligne du littoral. Ce seront les motrices "BN" construites par La Brugeoise et Nivelles qui vont être commandées et livrées à partir de début 1980.

La commande se compose de la sorte : 50 motrices unidirectionnelles (numérotées 6000 à 6049) pour le réseau de la Côte et 55 bidirectionnelles pour celui de Charleroi (n° 6100 à 6154).

La livraison devait normalement débuter par les motrices du littoral mais suite à des problèmes survenu avec le prototype 6000, les premières motrices construites seront les 6100 prévues donc à l'origine pour Charleroi mais qui seront d'abord mise en service sur le réseau du littoral dès l'été 1981. Enfin, dès la livraison des 6000 à la Côte, les 6100 seront peu à peu rapatriées à Charleroi.

La 6102...

La motrice prototype côtière (n° 6000) a été équipé par le constructeur d'un élément central, mais ne faisant pas partie de la commande il sera retiré pour être finalement réintroduit dans la 6102 livrée à Ostende en mars 1981.

Cette même 6102, accompagnée de la 6103, effectua un voyage promotionnel organisé par son constructeur Brugeoise et Nivelles, le 7 avril 1981. Durant cette journée elles subirent un grave accident où elles se tamponnèrent violement. Chacune en ressortira avec un élément détruit. Le constructeur entreprit la reconstruction de la 6102 avec un de ses élément récupérable et l'autre de la 6103. Une nouvelle 6103 devra donc être reconstruite et sera livrée en 1984. Au final cette 6102 est composée d'un élément original, de l'élément central de la 6000 prototype et d'un élément de la première 6103. Petite particularité, cette motrice est donc bidirectionnelle et possède des portes des 2 côtés, tandis que son élément central provenant de la 6000, tram unidirectionnel, n'en comporte que d'un seul côté.

Provenant de la série destinée à Charleroi cette motrice est toujours restée à la Côte mais utilisée comme tram de service pour les manœuvres. Au fur et à mesure du temps, cette motrice a revêtu différentes livrées. Une première livrée bleu promotionnelle au temps de la SNCV, la livrée De Lijn simple et dernièrement en 2015 une livrée de couleur jaune spéciale pour les services techniques.

La motrice 6131 resta également à la Côte, rachetée par De Lijn lors de la régionalisation, elle circulera en service régulier et sera même repeinte dans la livrée De Lijn. La 6107 quant à elle sera victime d'un accident à Ostende en 1981 mais ne sera jamais réparée et sera démolie par De Lijn en 1993.

Leur début sur le réseau de Charleroi, au temps de la SNCV...

Fin 1981, le réseau de Charleroi voit donc arriver les premières BN, cependant son réseau n'est pas encore tout à fait prêt à les recevoir, l'ancien réseau vicinal n'est pas prévu pour la circulation des BN et du côté des nouvelles infrastructures du Métro Léger seules quelques stations sont construites. Elles rouleront d'abord sur la ligne 62 (Charleroi - Gosselies, l'ancêtre du M3) et par la suite sur les lignes 89, 90 et 93 où l'infrastructure est mieux adaptées à leur circulation. On pourra également les voir sur la ligne 41 entre Charleroi et Jumet Gohissart dès le 14 avril 1986 date à laquelle le tronçons Jumet Gohissart - Roux sera supprimé. Au 31/12/1987 toutes les motrices sont alors revenues de la côte, à l'exception des 6102, 6107 et 6131. Au final plusieurs motrices sont hors services, victimes d'avaries ou délaissées vu leur trop grand nombre par rapport aux besoins du réseau. C'est ainsi qu'en 1989 la SNCV décida de la mise en vente d'une vingtaine de motrices à des réseaux de transport en commun étranger. On parla notamment de la Tunisie, et de Lille mais au final ce projet ne vit pas le jour et les motrices ne quittèrent pas le sol Carolo.

Côté particularité, au début de leur existence certaines motrices ont été équipées de pantographe unijambiste, qui seront finalement vite remplacé par les pantographes classiques. Aussi, dès la fin des années 1980, certaines motrices furent équipées de nouveaux phares, "type autobus", qui seront par la suite remplacées par les phares d'origine dès 1998. Voir les exemples ci-dessous

Les 2 types de pantographe      Les phares "autobus" à gauche

Du côté de la Côte...

De leur livraison au début des années 1980 à aujourd'hui, les motrices du Littoral ont subi de nombreuses adaptations. Il y aura notamment la suppression du système d'accouplement, l'augmentation de la fréquence ayant été privilégiée plutôt que l'exploitation en unité multiple. En 1993, De Lijn commanda des éléments centraux à plancher surbaissé afin d'augmenter la capacité des rames et faciliter l'accès aux personnes à mobilité réduite, toutes les rames en seront peu à peu équipées durant les années suivantes.

D'autres modifications tel que la forme de la face avant, le remplacement des anciens phares par des phares LED ou encore le changement de type d'avertisseur sonore ont également été entreprise.

En 1991, au TEC Charleroi...

En 1991, le TEC Charleroi hérite donc du matériel SNCV. Du à leur trop grand nombre par rapport aux besoins du réseau beaucoup de motrices sont abandonnées et sont stationnées depuis déjà quelques années dans le dépôt de Jumet.

Comme pour les autobus, les BN en services vont recevoir un autocollant "TEC Charleroi" sur le logo SNCV existant, et certaines seront repeinte dans la livrée TEC jaune, gris et rouge. La première repeinte dès juillet 1991 sera la 6125 (voir photo ci-contre) suivie de la 6121. Le TEC remplaça aussi petit à petit le matricule "61xx" par "74xx".

Le TEC Charleroi poursuivit peu à peu la repeinte de ses motrices et entreprit également la rénovation complète d'une quinzaine d'entre-elle. Contrairement aux motrices de la côte, outre la livrée et différentes améliorations techniques, peu de changement seront observé pour les motrices Carolo, si ce n'est en 2007 un test de phares aux Xénon sur le poste A de la 7418 et en 2009 des premiers essais d'afficheurs LED orange sur la 7423 et 6128.

Dès 2012, renouveau sur le réseau du MLC...

Avec la reprise des travaux du Métro Léger en 2008 pour la prolongation de l'antenne de Gilly, le raccordement de la boucle de Charleroi et la (re)mise en service de la ligne de Gosselies, les ateliers de Jumet ont continué à remettre en service et rénover des motrices hors services ou encore non rénovée, mais également à remplacer les afficheurs de destination à films papier d'origine par des afficheurs LED sur l'ensemble des motrices. La création des nouvelles lignes M1, M2, M3 et M4 remplaçant les 54/55 et 88/89 nécessitaient d'une part un nombre plus important de motrices et également un nouvel affichage.

Notons qu'à l'inauguration de la ligne M4 le 27/02/2012 plus aucune motrices ne devaient arborer la livrée vicinal, pourtant les 6126, 6128, 6141, 6148, 6153 et 6154 n'étaient toujours pas repeinte. Un pelliculage spécial arborant le logo du nouveau réseau et les nouvelles lignes sera apposé sur ces motrices en attendant leur rénovation future (voir photo ci-dessous). La 6141 sera la dernière à rouler aux couleurs de la SNCV jusqu'a début 2013 où elle sera recouverte d'une publicité pour le centre commercial City-Nord de Gosselies.

Petit à petit les motrices qui ne sont pas encore aux couleurs du TEC continuent d'être repeintes. La 7426 a elle reçu une nouvelle version de sa "livrée métro". Fin 2015, les 7449 et 7454 étaient en cours de rénovation. On dénombre donc en 2016 encore 4 motrices en service et non encore repeinte, les 7404, 7426, 7428 et 7453, toujours en livrée vicinale bien que cachée sous les autocollants métro, sans compter les motrices hors services se trouvant toujours au dépôt de Jumet, les 6100, 6120 6124, 6134 et 6154. Le processus de rénovation est donc toujours en cours.